•  

    Cette année, nous proposerons d'ici le mois de mai, des plants issus de nos semences et bouturages.

    Nous avons sélectionné quelques aromatiques et médicinales, ainsi que des légumes "vivaces" nécessitant peu d'entretien.

    Ce sont de plantes qui trouvent naturellement leur place dans un jardin d'inspiration permacole.

    La plupart des plants sont enracinés dans un mélange de terreau horticole et de terre de jardin pour un bon "collage" racinaire, garantissant une meilleure reprise lors de la plantation.

    Plantes aromatiques et médicinales :

    • angélique
    • origan
    • hysope
    • sarriette
    • mélisse
    • aurone
    • menthes - 3 variétés
    • sauge - 3 variétés
    • pimprenelle
    • agastache - 2 variétés
    • tanaisie - 2 variétés
    • menthe coq
    • fenouil
    • armoise
    • valériane (racines)

     

    Légumes vivaces ou perpétuels :

    • chénopode bon henry
    • grand passerage
    • sarrasin vivace
    • chou daubenton - 2 variétés
    • topinambour - 2 variétés
    • oca du Pérou
    • capucine tubéreuse
    • glycine tubéreuse
    • chayotte
    • hoffe ou "air potatoe" - fruit aérien d'une cousine de la patate douce
    • ciboulette
    • ail des ours (feuilles crues)
    • houblon (jeunes pousses cuites comme des asperges)
    • consoude (feuilles cuites) - variété stérile Bocking 14 à installer au jardin sans risque d'envahissement

     

    Bons plans !Bons plans !

     

    Plantes bisannuelles se resemant seules :

    • onagre (racine cuite la première année, fleurs la seconde)
    • maceron (jeunes feuilles cuites, graines comme du poivre)

     

    Plantes annuelles se resemant seules :

    • alliaire (feuilles crues au goût d'ail et de moutarde)
    • bourrache (jeunes feuilles en salade ou cuites, fleurs)
    • soucis (fleurs)
    • capucine (feuilles et fleurs)
    • nigelle (graines au goût de fraise et de noisettes grillées)

     

    Si certaines de ces plantes vous intéressent, vous pouvez les réserver. En effet, nous ne pouvons en proposer qu'un nombre restreint, notre activité principale n'étant pas centrée sur la production de plants.

    Nous présenterons ces plantes lors de la fête du jardin des plantes d'Avranches le 27 et 28 avril, ainsi que lors des fêtes de la nature en foret de Villecartier le 19 mai et au jardin de l'eau à Saint-Germain-en-Coglès le 26 mai.

     


    votre commentaire
  •  

    Grâce à nos stagiaires, préparant un BPREA (Brevet de Responsable d'Entreprise Agricole), voici les résultats du diagnostique de durabilité pour l'exercice 2017... en attendant le prochain !

     

     

    Pour plus de détails vous pouvez consulter le guide de l'utilisateur.

    L'outil, en lui-même, se présente sous forme de tableurs, il est disponible sur le site du RAD (Réseau Agriculture Durable). C'est un outil complet, qui permet de "passer à la moulinette" de très nombreux indicateurs de mesure, le but étant de donner une photographie de la durabilité d'une ferme en tenant compte de ses caractéristiques économiques, mais aussi et surtout, ses caractéristiques sociales et environnementales/écologiques.

    Diagnostique de durabilité de la ferme

     

    Les résultats, sans nous surprendre tout à fait, nous réjouissent profondément. Ce que nous percevions intuitivement, grâce à des indicateurs les plus évidents comme : notre capacité à payer nos factures, notre bien-être, notre absence de stress, notre sentiment de plénitude, les liens que nous avons créés, se voient confirmés par un chiffrage.

    Une petite précision : le diagramme "Durabilité économique" fait apparaitre une note de 4 sur 5 pour la "sensibilité aux aides", en effet, nous bénéficions, comme tout contribuable dont l'activité agricole est certifiée AB, nous bénéficions d'un crédit d'impôt de 2500 €/an. C'est la seule aide dont nous bénéficions.

    Ce n'est pas tant ce chiffrage qui nous réjouit, mais ce qu'il offre comme possibilité pour objectiver nos pratiques et, par conséquent, devenir utiles aux personnes qui élaborent leur projet et ont encore des doutes.

    Oui, il y a une place pour des écosystèmes nourriciers, sobres, viables, durables, et résilients.

    Ce travail sera à disposition des personnes qui nous rendent visite à la recherche d'inspiration, nous leur disons :

    tenez bon et croyez dans vos rêves !

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Cela fait 1 mois que la bâche de notre serre est posée. Ce sont 200 m2 qui sont désormais couverts, permettant la mise en culture des plantes craignant l'humidité bretonne et gourmandes en chaleur.

    Il aura fallu travailler le sol avec la campagnole pour mettre en place les cultures de ce nouvel outil de travail. Le sol était fortement compacté par les passages successifs en tracteur et camion, lors du montage de la structure.

     

    Un mois plus tard !

    Rang de tomates, au premier plan le shiso au feuillage pourpre

    Les plants de tomate, poivrons, aubergine et autres fruits, ont trouvés leurs place. Un paillage de vieux foin, puis la pose d'un goutte à goutte, complètent le dispositif. Nous consacrons environ 2 tiers de la surface aux cultures annuelles.

    Un mois plus tard !

    La première tomate !

    Sur le tiers de la surface restante, nous expérimentons des cultures vivaces : feijoa, myrtus ugni, pélargonium odorant, gingembre et, bientôt quelques agrumes rejoindront cette petite famille.

    Quatre réservoirs de 1000 litres sont installés pour collecter l'eau venue du toit de la grange. Cette eau permettra l'arrosage et servira à stocker l'énergie solaire durant les période froides.

    Un mois plus tard !

    Les réservoirs de 1000 litres

    C'est en septembre que les récoltes seront abondantes, au retour de leurs vacances, nos "mangeurs" vont se régaler !

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique