•  

    Avec le printemps, le temps est venu d'aider notre corps à se nettoyer. Un délicieuse cure de feuilles, c'est ce que propose la nature en cette saison, s'impose donc tout naturellement

    Nous inspirant de légumes feuilles composant les potherbes ou herbes à pot médiévales, nous vous proposons un mélange de plantes "sauvages" et cultivées au jardin.

    C'est une façon de valoriser des plantes spontanées commune, mais souvent méconnues ou ne faisant plus l'objet de cueillettes, comme :

     

    Les herbes à pot... Cure de feuilles de printemps

     

    L'ail des ours viendra compléter ces feuilles, à condition d'être ajouté dans les préparations cru. En effet il supporte mal la cuisson.

    A ces "sauvages", nous pouvons mélanger quelques feuilles cultivées comme : l'épinard, l'arroche ou la moutarde.

    Côté recettes, du plus simple au plus complexe : la soupe (cuite au chaudron au dessus du feu de bois !), l'omelette (après avoir précuit à la vapeur les feuilles), le gratin, le sauté façon "wok", ou les ravioles mêlant fromage frai et feuilles cuites à la vapeur.

     


    votre commentaire
  •  

    Avec la nouvelle lune, la sève de bouleau est de retour.

    Nous en récolterons environ 1 litre par jour, le temps d'une cure dépurative de printemps, durant 3 semaines.

    Lors de notre marché du vendredi soir, vous pourrez en retirer une bouteille si vous souhaitez aider votre organisme à se nettoyer et se reminéraliser en douceur. Mais... N'oubliez pas de passer commande !

     

    La sève de bouleau est arrivée !

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Nous avons développé un rapport aux plantes spontanées qui nous permet de les valoriser au sein de notre écosystème permacole.

    Ainsi, chaque semaine, ou presque, nous cueillons ces plantes qui sont nommées par certains "mauvaises herbes" ou par d'autres, par l'euphémique terme d'adventices. Chaque année, au rythme des saisons nous cueillons pour les salades, les pesto et les tisanes. Chez nous, ce sont les sauvages, tout simplement !

     

    Valorisation des "sauvages" dans écosystème

     

    Nous ne les traitons pas, ne les arrachons pas, ne les combattons pas, nous les cueillons après leur avoir offert des conditions de développement les meilleures. Nous jardinons nos sauvages !

    Certaines étaient présentes sur la ferme à notre arrivées, d'autres sont sorties de leur dormance en créant les potager et d'autres ont trouvé une place après que nous en ayons récolté les semences sur quelque talus de la commune. Ce sont nos "adoptées". C'est le cas pour l'ail des ours, trouvé par le plus grand des hasards derrière la salle des fêtes communale ou le sédum reprise dont les graines ont été récoltées à 2 pas le la bibliothèque du village.

    D'autres plantes* que nous affectionnons sont cueillies sur des sites certifiés AB, ces plantes complètent nos cueillettes à la ferme et nous permettent de nous déplacer dans des lieux extraordinaires comme la baie du Mont-Saint-Michel.

    * par plantes nous entendons certaines de leurs composantes : feuilles, fleurs, fruits, graines ou racines.

     

    Il y a quelques semaines, Christophe présentait ce travail de mise en valeur des sauvages à l'occasion d'une journée de formation organisée par AGROBIO 35. Aujourd'hui, voici, le document de synthèse dans lequel vous trouverez les listes de plantes, leurs usages et le chiffre d'affaire pour chaque usage.

    Dans ce document, une synthèse qui permet de resituer cette valorisation des sauvages dans son contexte : un lieu et son environnement naturel et humain.

    Partager ces ressources, c'est contribuer au changement de représentations sur ces mal aimées, c'est aussi entrevoir de nouveaux usages, des usages qui contribuent à prendre soin de la terre et des hommes, en créant de l'abondance, en partageant équitablement ressources et savoirs.

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique