• Les guildes dans notre design

    Les guildes (guild en anglais) sont des groupes, des association d’espèces végétales qui "s’entraident" les unes les autres de différentes façons, assurant une plus grande autonomie, durabilité et résilience du système.

    Le design d'une guilde nécessite au préalable de connaître les caractéristiques et le principaux rôles/fonctions des différents végétaux.

    Dans ces fonctions, celle de nous alimenter et de nous soigner est essentielle. Elle est la clef de notre design de paysage "comestible", elle seront les fondation de notre future forêt comestible ou jardin forêt.

    En attendant l'aboutissement de ce projet, nous avons planté de nombreux arbres selon le principe des guildes, soit en situation isolée ou sous la forme de haies fruitières.

    Aux arbres citoyens !

    Ces groupes de plantes possédant toutes des fonctions bien précises, complémentaires et fondamentales pour l’équilibre du système. Tout écosystème regroupe ces fonctions vitales :

    • Plantes fixatrices d’azote : fabacées (légumineuses) en général, mais aussi les eleagnus et argousiers...
    • Plantes reminéralisantes : appelées "accumulatrices dynamiques", elles renforcent et nourrissent leurs voisines, consoude, oseille des prés, pimprenelle, pissenlit...
    • Plantes "mulcheuses" : plantes produisant de la biomasse en abondance pour servir de mulch, "fabriquer" du sol, consoude, artichaut, rhubarbe, caraganier...
    • Plantes hôtes pour les insectes : attractives pour les insectes auxiliaires, sureau, bourrache, achillée millefeuille, menthe, origan, tanaisie...
    • Plantes mellifères/nectarifères : participent à la pollinisation (et donc à la production) du système et à la production annexe de miel, bourrache, pissenlit, lierre...
    • Plantes aromatiques : entrainent un "brouillard olfactif" et des effluves désagréables pour les ravageurs, certaines participent de par leurs huiles essentielles à la santé globale du système
    • Plantes couvre-sol : protègent le sol en limitant l’érosion et offrant un tampon climatique, lierre terrestre, fraisier des bois, mouron blanc...
    • Les plantes répulsives : dont l'odeur ou les sécrétions racinaires éloignent les "indésirables", ail, ciboulette, capucines, tanaisie, jonquilles (bulbe contre les taupes et campagnols)...

     

    Le choix des plantes est réalisé en fonction du contexte de la ferme ou du jardin (sol, climat, objectifs de production). Certaines regroupent plusieurs fonctions, par exemple la consoude :

    • médicinale (racines en baumes ou macérât huileux)
    • comestible (jeunes pousses crues, feuilles cuites)
    • mellifère/nectarifère
    • accumulatrice dynamique (ramène du sous-sol de nombreux oligo-éléments et minéraux)
    • utile en mulch (6 à 7 coupes durant 6 à 7 mois)
    • excellent fertilisant (extrait fermenté, souvent utilisé en association/complément avec l'ortie)
    • couvre sol par sa biomasse importante
    • appétente pour les vers de terre des différents horizons du sol
    • esthétique !

     

    Les guildes

    Bocking 14, consoude stérile utilisée aux jardins

     

    Les associations végétales, une fois conçues, sont répliquées autour des arbres qui structurent chaque guilde. Ces associations sont appelées patch dans la littérature anglo-saxonne, la plus connue : les 3 sœurs, qui associent courges (couvre-sol, maintien de l'humidité), maïs (tuteur pour les haricots) et haricot (fixateur d'azote pour maïs et courges).

     

    Les guildes

     

    Les guildes peuvent être conçues en ensembles "isolés", ou sous forme de haies fruitières ou d'ensembles aux dimensions plus ou moins grandes. On retrouve guilde et patch lors du design d'une "forêt comestible", le graal du permaculteur !

     

     Voici des exemples de guildes que nous expérimentons à la ferme

     

    Guilde du pommier (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

    Les guildes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Guilde du noisetier (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

    Les guildes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Guilde du noyer (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

    Les guildes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans l'exemple de la guilde du noyer, il a fallu tenir compte de la sécrétion racinaire de jugulone de cet arbre. Les végétaux choisis sont donnés pour tolérants à cette substance qui peut être toxique ou inhibitrice pour d'autres végétaux.

    Pour cette guilde, nous nous sommes inspirés d'une publication du département d'horticulture de l'université d'état de la Pennsylvanie (USA).

     

    Les anglophones trouveront leur bonheur dans les ouvrages suivants :

    "Creating a forest garden", de Martin Crawford

    "Edible Forest Gardens" 1 et 2, de Dave Jacke et Eric Toensmeier

    "Perennial Vegetables", d'Eric Toensmeier

    "Gaia’s Garden: A Guide to Home-Scale Permaculture" de Toby Hemenway

     

    Les guildes

     

    Nos 2 ouvrages de référence... Incontournables ! 

     

    Quelques exemples de guildes à télécharger :

    "Plant guilds" de Bryce Ruddock

     

    Documents sur les associations de culture :

    Les pages d'un site américain sur le thème "compagnon planning" - association de cultures PDF

    Un tableau PDF, en anglais, sur le même thème

    Un excellent document, PDF, en français.

     

    Et pour finir, voici une visite guidée, en 12 épisodes, de la forêt comestible créée par Martin Crawford, dans le Devon, en Grande-Bretagne. Cette forêt comestible est aujourd'hui mature, sa visite nous offre donc la possibilité d'imaginer les pouvoirs d'un design qui intègre des guildes bien pensées.

     

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    Design :  ce mot  signifie à la fois conception, aménagementplanification et organisation. Le design convoque l'espace et le temps (la durée). 

     

    Méthode de design F.O.R.E.C.A.R.E. 

     

    1 Fondement du projet : 

    Observer les racines-besoins et le feuillage-rêve du projet : Visite du jardin intérieur (zone 00) évaluation des besoins que va combler la réalisation du projet (sa raison d'être) Quoi ? Pour Quoi ? Pour qui ? Quelles valeurs, quelle éthique ?

     

    2 Observation du site : 

    Faire l’évaluation des influences extérieures et des ressources. Ressources écologiques du lieu, topographie,  climat et microclimat, circulation(s) sur le lieu, comportement de l'eau, érosion, santé des plantes, influence solaire aux diverses saisons, vents dominants, pollutions anciennes ou actuelles...

    un an au minimum, un cycle, est fortement conseillé

     

    3 Relevés techniques : 

    Mise en place d’une base de données, des information, des ressources et des besoins. C’est le relevé technique du projet dans son ensemble et la classification des informations pour une réalisation planifiée qui prend tous les paramètres en compte. 

     

    4 Evaluation des besoins et des ressources :

    Evaluation des besoins du projet et des ressources du lieu et des personnes. C’est faire le bilan de ce qui est possible. C’est partir du possible et de l'existant pour établir un diagnostic de faisabilité du projet.

     

    5 Conception : 

    C’est le design ! La rédaction, cartographie, qui révèlent les choix, les prévisions et évalue les besoins de l'entretien de l’ensemble (une fois réalisé). On y conçoit la carte des secteurs, celle du zonage et des différents éléments qui seront crées à partir de l’existant.

     

    6 Aménagement/Action : 

    C'est la phase de réalisation du projet et cela commence par savoir par quelle étape commencer. Réaliser un planning ou agenda à court, moyen et long terme, identifier les priorités des besoins secondaires en fonction des moyens dont on dispose.

     

    7 Retro-Action : 

    C’est la rectification, essais/erreurs sont analysés. Cette phase doit être permanente et la réévaluation du projet peut être faite dans son ensemble ou dans les détails en fonction de l’efficacité du système déjà mis en place et des objectifs qui ont émergés.

     

    8 Entretien : 

    C’est la gestion du lieu, sa maintenance. Un design n'est jamais terminé. Viser l’entretien minimum pour le rendement maximum est un exercice d’équilibre. complexe et permanent. Il n’y a donc pas de phase finale si ce n’est de revenir au début du processus FORECARE

     

    A vous de jouer !

     

     


    votre commentaire
  •  

    Dans le cadre des actions de formation d'AGROBIO 35 (groupement des agrobiologiste d'Ille-et-Vilaine), nous accueillerons, le 25 novembre, un groupe d'agriculteurs et porteurs de projets, intéressés par l'approche permaculturelle que nous développons.

    Une première journée, en début d'été, avait permis de "défricher" le terrain "théorique" et de guider une première visite de la ferme avec des lunettes permacoles.

    Cette deuxième journée devrait permettre d'approfondir cette première approche en articulant théorie et pratique.

    Petit rappel, en préambule, pour limiter la frustration que pourrait générer cette journée :

    la permaculture n’est pas un mode de production...

    Aucune "recette" ne sera donc proposée !


    Nous laisserons donc, volontairement cette question à la marge. Nous ne l’aborderons qu’à travers les choix que nous avons faits, avec toutes les limites que cela suppose.

    Ce que nous pouvons partager ce sont les fruits de notre expérience et des réflexions en cours.
    C'est donc un regard singulier, et très concret, issu de la rencontre entre des personnes (notre petite famille avec son parcours), un lieu (sol, climat, environnement naturel et humain) et certains concepts/outils de la permaculture.

     

    L'éthique et les 12 principes de la permaculture

    Journée permaculture à la ferme le 25 novembre



    Je vous propose d'articuler "théorie" et "pratique":

    • en travaillant sur la méthode de conception de notre système et les choix que nous avons faits
    • en mettant la main à la pâte (en fonction de la météo) pour ancrer le discours dans la réalité quotidienne de la ferme

     

    Trame "théorique" des sujets abordés  :

    • présentation/analyse de nos besoins (des origines du projet à aujourd'hui)
    • démarche de création d’un lieu de vie et de production le rôle essentiel de l'observation
    • la recherche de la résilience : la bonne santé de la ferme et de ses composantes (humaines, animales, végétales et minérales)
    • un lieu, un design (définition), des productions
    • les interactions et les rétroactions avec l'environnement naturel/humain de la ferme
    • analyse de 2 années de production sur ce lieu - Objectifs atteint !
    • ajustements/projet d'aménagements (à 5 ans et 10 ans)
    • la notion de temps et d'investissement dans la phase de création
    • le problème est la solution !

     

    Sur le "terrain" (en fonction de la météo) :

    • lecture du paysage (environnement extérieur et aménagements de la ferme)
    • les ressources naturelles spontanées et cultivées (la cueillette plantes sauvages comestibles et médicinales comme clef de notre système)
    • les flux d'énergie (eau, lumière/chaleur, calories humaines… )
    • le zonage dans notre design
    • les éléments de la ferme et leurs fonctions, chaque élément rempli plusieurs fonctions et chaque fonction est remplie par différents éléments
    • la création de haies fruitières (un an après et implantation en cours)
    • le choix de végétaux vivaces remplissant plusieurs fonctions (comestibles, médicinaux, mellifères, producteurs de biomasse… )
    • la production de biomasse pour le paillage/"alimentation" des zones cultivées (feuillages, bois broyé, compost, foin… )
    • la place donnée aux processus naturels dans le design, exemple des pépinières spontanées et de la gestions des "ravageurs" et autres auxiliaires de culture
    • les bordures/micro-climats/biotopes, les interactions entre les différents éléments (humains, animaux, végétaux… )
    • le problème est la solution !

    Comme nous l'avons précisé, nous passerons rapidement sur les modes de production des légumes annuels.

    Un choix parmi des activités emblématiques de la ferme (en fonction de la météo) :

    • identification et cueillette de plantes sauvages comestibles
    • plantation de végétaux (arbres et arbustes fruitiers, plantes aromatiques/médicinales, légumes vivaces)
    • repiquage de plants issus des pépinières spontanées
    • le paillage des zones cultivées

     

    Plan de la ferme, design en cours et projets

    Journée permaculture à la ferme le 25 novembre

     
    Pour vous donner du grain à moudre, voici quelques ressources concernant la ferme :

    document de présentation de notre projet
    une carte heuristique pour avoir une vision globale de notre projet
    et, bien évidement, les diverses pages de notre blog !

    A l'usage, la carte heuristique ou mindmapping, s'avère un outil indispensable pour noter, organiser, lier, archiver, communiquer… Bref, l'essayer c'est l'adopter !
    Nous avons mis en ligne une carte rapidement réalisée pour vous. Quotidiennement, nous utilisons le logiciel Xmind, qui est très complet et gratuit (en version de base).

    Quelques ressources qui nous inspirent, il y a à prendre et à laisser, à vous de faire votre tri :

    Stefan Sobkowiak, iCi et

    Hervé Covès nous parle des limaces

    Konrad Schreiber, maraîchage sur sol vivant

    Steve Read, une deuxième partie à chercher sur youtube

    Christophe Koppel, 2 autres parties à chercher sur youtube

    Emila Hazelip 

    Jean-Martin Fortier

    le jardin des Fraternités ouvrières 

    l'arpent nourricier 

    "pearltrees" sur la permaculture

    "pearltrees" sur Gertrud Frank 

    Plants for a futur… site anglais… mais incontournables ressources pour trouver du végétal comestible vivace adapté à notre climat

    Certaine de ces vidéos sont déjà célèbres… mais on ne sait jamais !

    Au terme de cette journée, nous ferons le point sur les ressources complémentaires qui vous intéressent et que nous pourrions partager (adresses de fournisseurs, bibliographie, fermes à visiter... ).

    Si cette journée vous motive voici le contact pour vous inscrire auprès AGROBIO 35 :

    Thérèse Piel : t.piel@agrobio-bretagne.org

    La formation est éligible VIVEA.

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique