•  

    Ce début d'été bien frais, est magnifique dans la baie du Mont-Saint-Michel. Avec lui, ce sont plein de délicieuses plantes sauvages que nous cueillons : l'aster maritime, l'obione, la soude... Sans oublier la salicorne.

     

    Quelques plantes de la baie...

    Samedi 23 mai, balade sauvage dans la baie

     

    La biodiversité de la baie est formidable, une trentaine de plantes ! Quel cadeau de cueillir dans cette nature aux horizons profonds, avec le Mont et Tombelaine qui rayonnent de leurs présences.

     

    Si vous le souhaitez, nous organisons une balade de découverte/cueillette

    entre Genêts et les dunes du bec d'Andaine

     

    samedi 11 juillet

     

    Le départ est prévu à 10h

    rendez-vous sur le parking  de Genêts, le long de La Lerre

    Latitude : 48.684419 | Longitude : -1.478342

     

    Samedi 27 mai, balade sauvage dans la baie

     La Lerre, rivière qui traverse Genêts et se jette dans la baie

     

    Samedi 23 mai, balade sauvage dans la baie

    Samedi 23 mai, balade sauvage dans la baie

    Un casse-croûte sorti du sac permettra de prolonger les échanges et de grignoter les plantes de cueillette en compagnie du vent, de l’alouette et du Mont !

     

    Que du beau et du bon !

    Samedi 23 mai, balade sauvage dans la baie

     

    Réservation indispensable - Nombre de places limité !

     

    Pour réserver, plusieurs possibilités :

     

    Durée : environ 5 h sur un parcours d'environ 4 kms

    Nombre de participants : 10 maxi

    Tarif : 20 €/personne, les enfants sont les bienvenus (gratuité pour les moins de 12 ans).

    La présence de chien est fortement déconseillée...

     

    Ce tarif comprend :

    • la découverte des plantes comestibles dans 3 environnements naturels différents, dont l'herbu avec  ses fameuses plantes halophytes
    • la cueillette et dégustation, sur place, de certaines de ces plantes

     

    N'oubliez pas de prévoir votre casse-croûte,

    chaussures de marche, casquette, crème solaire

    et bonne humeur !

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Fermés depuis plus de 2 mois, nos amis de la Mirlitantouille ont ré-ouvert mardi !

    Ils ont du s'adapter aux règles de distanciation avec un service en terrasse qui fera des heureux.

    Nous avons accompagné cette bonne nouvelle d'une livraison pleine des saveurs du printemps :

    • notre salade mi-sauvage
    • des siliques de radis noir (grains immatures de radis noir)
    • des fraises
    • de l'aster maritime
    • de l'arroche hastée 
    • de l'obione
    • de la soude
    • de l'arroche maritime
    • du fenouil sauvage
    • de la roquette sauvage 
    • de l'estragon
    • des feuilles de tagète minuta
    • de la mélisse citronnée
    • de la verveine citronnée
    • du grand passerage (notre "wasabi breton !)
    • de l’aurone (plante cola)
    • de la tanaisie crispée (chartreuse)
    • du baume de Galaad 
    • de l'arroche rouge
    • des feuille de figuier
    • des fleurs d’hémérocalles

     

     Voici 2 amis, passionnés de bons produits, qui concoctent, avec leur équipe, une cuisine maison, de saison et surtout SAVOUREUSE et généreuse.

    Quel bonheur de se remettre les pieds sous la table !

     

    Fin du confinement à la Mirlitantouille !

     

    Mardi je me suis régalé, Yann et Simon aux petits soin, comme un coq en pâte :

    • d'une soupe de betteraves froides, pommes et aneth
    • d'un blanc de poulet roulé au sarrasin grillé, purée de patates douce, champignons, obione et pourpier
    • d'un sablé breton, fraise crème et glace à la fraise

     

    Fin du confinement à la Mirlitantouille !

    Le poulet à la carte mardi dernier

     

    Rennes : un nouveau lieu pour se régaler !

     La Mirlitantaouille

    12 rue Nantaise à Rennes

     

    Formule du midi : 15€ entrée/plat ou plat/dessert - 19€ entrée/plat/dessert

    Pour réservez : 02 99 67 53 84

     

    Nous leur souhaitons un retour rapide de gourmands mangeurs

     Soutenez-les en réservant votre table !

     

     


    votre commentaire
  • La Gazette de la Manche  Publié le 9 Déc 19 à 7:00

    Le projet de création d’épicerie coopérative est en bonne voie à Saint-James

    Habitants et consommateurs étaient invités à une réunion pour parler de la création d'une coopérative, mardi 26 novembre 2019. On vous explique comment cela fonctionne.

    Une bonne soixantaine de personnes ont participé à cette réunion de projet d'épicerie collective.

    Pierrick Cordouen, technicien pour la municipalité et et Philippe Roca, habitant saint-jamais avaient invité la population à venir inventer leur épicerie coopérative de consommateurs, mardi 26 novembre 2019, à Saint-James (Manche). Environ 70 personnes ont répondu favorablement à l’invitation.

    Une épicerie coopérative : à quoi ça sert ?

    « C’est une alternative non lucrative aux grandes surfaces où l’on peut acheter des bons produits à bons prix avec des agriculteurs, un magasin où l’on se concentre sur la qualité des produits »,  précise Philippe Roca.

    L’objectif étant que les gens puissent se nourrir avec des produits de qualité pas chers. On reprend ainsi le contrôle de son alimentation en échange d’un petit peu de travail. On devient ainsi un consom’acteur, on sait ce qu’on achète. 

    Qu’y trouve-t-on ?

    Des produits à petits prix, des produits de proximité, des produits qui respectent l’impact environnemental, des produits équitables qui respectent les droits des producteurs, des produits qui répondent aux besoins culinaires des gens. « Tous les coopérateurs ont la possibilité de proposer des produits lors de la commission d’achat, et aucun coopérateur ne peut interdire la vente d’un produit. »

    Qui y travaille ?

    Les consommateurs sont coopérateurs. Chacun doit trois heures de travail mensuel à la coopérative. Les activités sont variées (mise en rayon, aller chercher les produits, de la comptabilité…). Il n’y a pas des règles mais des idées qui se discutent.

    Quelle place pour le circuit court ?

    Le réseau pourrait fonctionner à environ 30 km sans frontière autour de Saint-James, un gros territoire sur lequel se trouvent de nombreux producteurs et coopérateurs. Un projet similaire est pensé sur Granville, Avranches et des questions se posent quant aux possibilités de mutualisation de fonctionnements.

    Comment y adhérer ?

    Les personnes intéressées achètent 10 parts minimum à 10 € la part pour devenir coopérateur (éventuellement moins pour les personnes aux revenus plus modestes), somme que l’on peut se faire rembourser lorsqu’on part.

    Avec quel financement ?

    L’idée est d’aller à la pêche aux subventions (collectivité locale, agglo, conseil départemental…) pour un coup de pouce au départ puis d’être autonome.

    Et le calendrier ?

    Les principales dates : d’ici fin novembre création d’un groupe souhaitant se lancer dans l’aventure ; création de l’association collégiale en janvier, février 2020 puis de la charte du magasin en mars 2020. S’ensuivra la création des différentes commissions au sein de l’association (gouvernance, implantation, achat, consommation, financement, juridique, informatique…).

    Pour info : lacoopstjames@lemedia.fr

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique