• Les phases d’abondance

     

    Bill Mollison, en 1991, écrit un texte  intitulé "Phases d’abondance". Il y décrit les phases de production pour les trois premières années de l’établissement d’une ferme en milieux tropical ou sous-tropicale à l’aide de la permaculture. Regardons ces phases et examinons comment cela se traduit dans notre climat et comment nous avons adapté ces principes dans notre écosystème.

     

    Les phases d’abondance
    Première année :

    c’est l'abondance, la diversité des différentes espèces qui sont implantées sur le site dans de nombreux essais afin de voir ce qui  est le mieux adapté à notre site. C’est aussi le moment d’expérimenter différentes approches de culture (implémentation/associations/maintenance). La récolte est modeste, mais représente une part  d’aliments de qualité répondant à nos besoins.

    Deuxième année et troisième année (pour les petits fruitiers) :

    c'est la phase où commence une forme d'abondance du matériel de multiplication*.

    Nous commençons à mieux nous représenter  :

    • ce qui croît le mieux (le plus vigoureux)
    • ce qui est le plus résistant (ravageurs/maladies/rusticité)
    • ce qui est le meilleur du point de vue du goût
    • ce qui est le plus facile à récolter, stocker/conserver
    • ce qui peut être implanté en associations/guildes
    • l'itinéraire technique pour chaque espèce ou variété particulière

     

    A cette phase, nous sélectionnons et propageons ces espèces en quantité suffisante pour atteindre nos objectifs de production future. À partir de ce moment, le nombre d’espèces diminue puisque nous retenons seulement celles qui sont le mieux adaptées sur la ferme. Lorsque nous créons un système complexe, il finit toujours par se simplifier. La récolte est plus abondante, même si une partie de celle-ci servira à la multiplication. C’est le moment de perfectionner nos techniques (prélèvement, plantation, irrigation, récolte, taille...) afin de mieux prendre soin des plantes qui ont survécu tout en étendant notre zone de plantation (dans les haies fruitières, ou en guildes autours des grands fruitiers, par exemple).

     

    Les phases d’abondance

    * selon les espèces : marcottage, bouturage, prélèvement d'éclat de racine, semis spontanés...


    Troisième année et les années suivantes :

    c’est l'abondance des rendements, en particulier lorsque les arbres fruitiers commencent à produire. La troisième année est celle de la reproduction/plantation en grande quantité des espèces qui ont le mieux produit. C’est donc le moment idéal pour démarrer une pépinière afin de reproduire les plantes qui ont démontré un fort potentiel dans notre territoire (conditions pédoclimatiques). Une partie de ce qui se retrouve dans la pépinière peut aller à la vente, par exemple, être troquée ou donnée. À cette étape, nous avons la possibilité de produire une bonne partie des produits afin d’augmenter notre revenu et, surtout, d'augmenter les capacités de résilience de notre écosystème.

    Cette année, nous avons pu, ainsi, faire nos choix après les premières récoltes des variétés nouvellement implantées, cassis, framboises, myrtilles et baies de mai. Il nous reste, maintenant à multiplier les variétés choisies pour augmenter notre production.

    D'ici 3 années supplémentaires, nous vérifierons si nos hypothèse et nos choix étaient judicieux.

     

     

    Des observations prolongées et réfléchies plutôt qu’un travail prolongé et irréfléchi*...

    Et n'oubliez pas :

    utilises des solutions à petite échelle et avec patience ...

     

    *  Citation de Bill Molisson

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :