•  

    Avec les beaux jours, le travail au jardin s'intensifie. Comme chaque année, une des "contraintes" récurrente est annoncée : la gestion des "ravageurs", "vermine" et autre "pest" !

    Alors, que faire ?

    En bio, pas de pest-icide chimique, mais il existe de multiples recettes pour éradiquer les "sales bêtes". En fin de compte, il s'agit toujours de "cider" les indésirables qui se régalent de nos nos tendres salades et succulentes fraises !

    Une autre voie existe, elle mérite d'être écoutée... Elle pourrait révolutionner l'art de la guerre dans le potager !

    Écoutons Hervé Coves, il ingénieur agronome, spécialiste de la production de petits fruits et de la truffe. Il exerce ses talents en Corrèze. C'est là-bas que nous avons découvert son approche holistique avec, en filigrane, la question suivante : comment utiliser les "services de la nature" pour répondre aux enjeux d'une agriculture "durable" ?

     

    A propos des limaces... 1° partie

     

    A propos des limaces... 2° partie

     

    A propos des pucerons...

     

    A propos des thrips

     

    Vous pouvez retrouver Hervé Coves, en conférence, sur la "gestion" du phosphore, cet "ingrédient" indispensable à la croissance du vivant, c'est iCi.

    Pour aller plus loin avec Hervé, vous pouvez lire iCi, son audition au Sénat, le 15 mai 2012.

     

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    Cet hiver, nous avons concentré nos efforts sur la mise en place de haies fruitières.

    Nous avons profité de ce "gros" chantier pour compléter le sun trap mis en place l'hiver 2013-2014.

    Aux arbres citoyens !


    L'arbre rempli de nombreuses fonctions, tous ces effets sont utiles :

    • "parasol" : l'arbre créé sous nos latitudes une zone d'ombre de 0,5 à 1 fois sa hauteur, qui atténue l’évapora on du sol et la transpira on des organismes vivants (25 à 30 %) (Soltner, 1988) 

    • "parapluie" qui atténue la force des précipitations et donc l'érosion des sols 

    • "paravent", ou plutôt "brise-vent" (le vent est ralenti mais l'air peut passer) qui dissipe la force des courants d’air en les filtrant, lorsque les arbres sont en masse. Ce qui diminue l’assèchement, le réchauffement ou le refroidissement des espaces 

    • "éponge" qui facilite l'infiltration de l'eau et la retient dans les sols 

    • "climatiseur" (circula on et hydrata on de l’air) qui permet de diminuer jusqu’à 5°C la température ambiante, comme de protéger du gel les cultures en hiver 

    • "ventilateur" ou "aérateur" : l’arbre brasse imperceptiblement l’air, et filtre les aérosols qu’il contient, dépoussière, désodorise et même désinfecte 

    • "brumisateur" : car l’arbre transpire et hydrate ainsi la masse d’air, la chargeant de molécules qui procurent une sensation de bien-être 

    • "source de rosée" : le ralentissement du vent, dans la zone protégée par une haie par exemple, induit un taux d'humidité de l'air supérieur à l'origine d'une température plus faible et d'un accroissement du dépôt de rosée 

    • "radiateur", en interférant sur le rayonnement solaire. Il reflète jusqu'à une distance de 4 fois sa hauteur les radiations du soleil, mais aussi celles qui sont réémises par le sol, et il les relibère progressivement la nuit. Le bilan radiatif est globalement positif lorsqu'il existe un maillage arboré qui tient compte de l’exposions au soleil. 


     

    Nous nous sommes inspirés des principes de la permaculture en plantant une grande diversité d'espèces d'arbres, arbustes et autres végétaux comestibles... Le schéma suivant parlera de lui-même !

    Aux arbres citoyens !

    1 – La canopée :
    composée de grands arbres à fruits ou à noix : cerisiers, pruniers, châtaigniers, figuiers, pommiers, poiriers, pacaniers...

    2- La strate des petits arbres :
    arbres à fruits et noix de moindre développement : pêchers, nectariniers, abricotiers, sureaux... ou grands arbres comme pour la canopée mais taillés à des dimensions moindres.

    3 - La strate arbusive :
    arbustes et buissons : groseilliers, mûriers, framboisiers, cognassiers, amélanchiers...

    4 – la strate herbacée :
    légumes-fruits, légumes-feuilles, fleurs, plantes aromatiques et médicinales...

    5 – les couvre-sols :
    fraisiers, ail des ours, aromatiques rampantes...

    6 – les lianes :
    elles vont grimper sur les strates hautes pour occuper l'espace inoccupé des troncs et branches :
    kiwis, vignes, passiflore, haricots à rames, courges, concombres...

    7- les racines :
    ail, oignons, poireaux, pommes de terre, betteraves, radis, carottes, panais, consoude...
     

    Le design que nous avons choisi de mettre en œuvre, s'est imposé après avoir découvert le modèle proposé par le québecois  Stefan Sobkoviak.

     

     

    Une centaine d'arbres fruitier et autant d'arbustes à petits fruits ont été mis en place les derniers mois. Dans les semaines à venir, d'autres arbres et végétaux (comestibles) complèteront les haies créées.

    Une alternance d'arbres fruitiers de d'arbustes fruitiers fixateurs d'azote (1 fixateur pour 2 arbres), nous a paru un bon moyen d'assurer la fertilisation durable de nos plantations.

    Parmi ces fixateurs, le caraganier de Sibérie (Cragana arborecens). Outre les fruits qui pourront être récoltés, ses rameaux, une fois coupés, serviront de mulch en complément de la couverture de broyat de bois dont nous allons recouvrir les zones de plantation.

    Les 4 allées nouvellement plantées

    Aux arbres citoyens !

    Les haies fruitières seront complétées par de nouveaux "étages" végétaux, plantes aromatiques, fleurs, légumes vivaces, légumes racines. Le choix des végétaux est réalisé sous la forme de "guildes" (associations bénéfiques de végétaux).

    L'objectif est de reproduire un milieu dense, très diversifié, attractif pour les auxiliaires (insectes), les oiseaux et mellifère.

    Ces haies, en évoluant, devrait nécessiter peu d'entretien et offrir des récoltes abondantes.

    D'autres plantes pérennes fixatrices d'azote complèteront les haies, les commandes sont en cours, nous dédieront un prochain article à leur sujet.

    Voici quelques exemples d'arbres et arbustes nouvellement adoptés :

    • pommier
    • pêcher
    • cognassier
    • prunier
    • amélanchier
    • cassissier
    • framboisier
    • gogi
    • eleagnus (fixateur d'azote)
    • argousier (fixateur d'azote)
    • caraganier (fixateur d'azote)

     

    Certains de ces arbres seront a greffer. Les autres commenceront à donner leurs fruits d'ici 3 à 5 ans.

    Une haie dédiée aux figuier a aussi été créée, sur les mêmes principes, elle est complétée par une zone dédiée aux arbres "isolés" (arbres à grand développement) :

    • cerisier
    • amandier
    • arbre de Judée (fixateur d'azote)

     

    Une série de petits fruitiers ont été installés, certains serviront au bouturage et futures semences pour enrichir les haies fruitières :

    • kiwaï et kiwi
    • framboisier
    • myrtillier
    • groseillier
    • vignes (variétés, résistantes, de raisins de table)

     

     La haie des figuiers

    Aux arbres citoyens !

    Enfin, les 8 jardins dédiés aux légumes ont été partiellement bordés de fruitiers, selon les mêmes principes que les haies fruitières.

    Nous tenons à remercier Pierro, stagiaire en formation horticole à Quimper, pour son aide efficace durant 3 semaines. Nous le retrouverons, cette fois pour 6 semaines, en juin et juillet, cette fois, du côté des légumes !

     

    Afin de finir cette première tranche de plantation, nous aurons, très prochainement, besoin de volontaires ou woofers... Restez connectés !

     

     

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    La permaculture... Nous y faisons régulièrement référence dans les articles de ce blog.

    Durant l'année 2006, en pleine remise en question de notre mode de vie, nous avons découvert des ouvrages déterminants pour nous, citadins en quête de sens.

    Un séjour familial au Texas, nous a permis de nous initier lors d'un cours certifié.

    Dans la longue liste, 4 ouvrages se sont détachés du lot, ouvrant nos yeux (et notre cœur), proposant des clefs pour comprendre et commencer à concevoir un système qui nous serait adapté :

    "Le sol, la terre et les champs" de Claude et Lydia Bourguignon

    "La révolution d'un brin de paille", de Masanobu Fukuoka

    "Permaculture" 1 et 2, de Bill Mollison et David Holmgren - Permaculture 1 a été écrit en 1978 !

    "Edible Forest Gardens" 1 et 2, de  Dave Jacke et Eric Toensmeier

    "Gaïa's garden : a guide to home-scale permaculture", de Toby Hemenway

     

    Quid de la permaculture - 1°épisode

     

    « Si vous possédez une bibliothèque et un jardin,vous avez tout ce qu'il vous faut. » 

    CICERON

     

    Les lectures, vidéos et rencontres se sont succédées. La permaculture est devenue petit à petit une philosophie et une boîte à outil, une source d'inspiration et de réalisations.

    Voici un schéma qui illustre l'articulation entre les différentes composantes d'un projet s'inspirant de la permaculture.

    Quid de la permaculture - 1°épisode

    Au quotidien elle nous est très utile. Elle nous est même devenue indispensable, tant la vision qu'elle propose, se révèle pertinente pour le mode ce vie que nous avons choisi, les activités que nous souhaitons créer et développer, ainsi que les relations aux autres qui, petit à petit, se développent.

    Aussi, nous vous proposerons des articles, sur le sujet, afin de vous apporter un éclairage sur une approche qui pourrait vous parler.

     

    1° épisode

    Quelques précisions sont nécessaires pour comprendre l'usage que nous en avons. Commençons l'éthique de la permaculture.

    Les piliers éthiques 

    • Prendre soin de la terre (les sols, le végétal et l’eau)
    • Prendre soin de l’humain (soi-même, ses proches et la communauté)
    • Créer de l’abondance (biodiversité multifonctionnelle)
    • Partager équitablement (limiter ses besoin et sa consommation, éviter le gaspillage et redistribuer les surplus)

     

    Ses 12 principes

    1. Ob­ser­ver et interagir
    2. Col­lec­ter et sto­cker l’énergie
    3. Créer une production
    4. Ap­pli­quer l’auto-régulation et ac­cep­ter la rétroaction
    5. Uti­li­ser et va­lo­ri­ser les ser­vices et les res­sources renouvelables
    6. Ne pas pro­duire de déchets
    7. Par­tir des struc­tures d’ensemble pour ar­ri­ver aux détails
    8. In­té­grer plu­tôt que séparer
    9. Uti­li­ser des so­lu­tions à de pe­tites échelles et avec patience
    10. Uti­li­ser et va­lo­ri­ser la diversité
    11. Uti­li­ser les in­ter­faces et va­lo­ri­ser les élé­ments en bordure
    12. Uti­li­ser le chan­ge­ment et y ré­agir, de ma­nière créative

     

    Voici un schéma qui illustre ces 2 premières approches

    En cliquant sur l'image, vous la rendrez plus "lisible" ! 

    Quid de la permaculture - 1°épisode

     

    Voici le lien pour visiter le site permaculture principles.com, site très didactique pour approfondir cette première approche. Sur ce site, consacré à la permaculture, vous trouverez un document à télécharger, n'hésitez pas à le lire, c'est une bonne introduction à cette approche pleine de bon sens.

    Suite au prochains épisodes !

     

     

    Enregistrer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique